Accueil | Liens utiles | Recherche :  
Agenda
Recherche appliquée en sciences humaines et sociales et acceptabilité du développement durable
A l'initiative du réseau ACDD, qui rassemble des chercheurs et acteurs ayant une approche critique du développement durable / ville durable, un atelier consacré aux questions de "recherche appliquée en sciences humaines et sociales et acceptabilité du développement durable." était "organisé ce 11 décembre à Paris.

L'AARHSE a assisté à ces travaux. Elle publie quelques notes et réflexions issues de cette journée.







La conférence réunissait une trentaine de personnes, pour l’essentiel sociologues « appliqués » (travaillant au sein de l’Université et/ou à l’extérieur).


Il ressort des exposés et débats que le « sociologie de l’énergie » a une fonction de « roue de secours » destinée à favoriser l’acceptabilité sociale de projets complexes, auprès d’une population hétérogène : des technophiles aux technophobes, en passant par ceux qui sont dépassés par des technologies qu’ils ne maîtrisent ni ne comprennent.

Cela se traduit par des situations inattendues, et parfois non souhaitées. Exemples :

Au sein de l’Ademe, la mise en place du bonus-malus génère des tensions entre départements :
- L’opération est largement relayée par les concessionnaires, qui en font une ristourne à l’achat de véhicules ;
- Les consommateurs achètent plus de véhicules neufs ;
- Mais ils ont alors le sentiment de ne plus être des pollueurs.

> Pour l’Ademe, cette logique est donc nuisible à prise de conscience du caractère polluant du véhicule thermique (accessoirement à la promotion des transports en commun). Le bonus-malus produit un effet inverse (relatif) à celui qui était recherché.


Dans un éco-quartier grenoblois, des entretiens individuels ont mis en évidence un hiatus entre les intentions de départ des promoteurs et la réalité vécue par les habitants :
- Dans un immeuble BBC très sophistiqué, les habitants « apprivoisent » les outils de manière détournée ;
- Un interrupteur « coupe veille » installé dans chaque département est détourné pour installer un éclairage ;
- Le mur végétal est progressivement abimé par des sécateurs, des insecticides, son arrosage est détourné… ;
- Le lino écologique (en fibre végétale) n’est pas respecté et se dégrade très rapidement…

> Il y a une « contre-productivité à l’usage » qui finit par avoir un coût ;
> Les promoteurs du projet estiment pourtant avoir fait la pédagogie nécessaire ;
> Ils attendent du sociologue des outils pour rendre leur pédagogie plus percutante (« on s’y est mal pris… », « on a voulu aller trop vite… »).


Dans un ensemble de maisons passives, les habitants se plaignent du froid ressenti.
- L’architecte s’insurge (il s’est beaucoup investi dans le projet) ;
- Il attend du sociologue une forme de réconfort (oui, les habitants sont satisfaits de la luminosité et l’espace des logements) ;
- Il rétorque que dans 95% des cas, la température était au-dessus de 19° (« ils n’ont pas pu avoir froid »).


Pour le projet Greenlys, un sociologue est associé au projet, non pas en aval, mais pas complètement en amont.
- Il évoque des locataires perdus avec des termes comme « effacement » (« effa… quoi ? ») présenté comme un « service au client » ;
- Le sociologue fait remonter des informations qui déplaisent aux promoteurs du projet, qui ont une conception technocratique de la transition énergétique.

> Il préconise la création d’une fonction nouvelle : assistant à maîtrise d’usage.


Dans l’habitat (mas c’est sans doute valable dans d’autres domaines), la sociologie est reçue de trois manières différentes :
- Elle suscite la controverse (en posant des questions nouvelles, en tout cas des questions auxquelles les promoteurs des projets ne songeaient pas ou qu’ils ne voulaient pas se poser) ;
- Elle peut être instrumentalisée (généralement dans des conflits internes) ;
- Elle est rarement source d’innovation (et de co-conception des projets).


En général, l’ingénieur ou le marketeur attendent du sociologue une « pensée magique » pour faire accepter un projet.

Avec cette réserve : la sociologie n’est pas projective ; elle ne résout pas les problèmes humains mais les rend compréhensibles.


------------------

Le prochain atelier aura lieu le 26 mai 2015.





« Retour à la liste

 
Réagissez
Votre formulaire comporte des erreurs !
Merci de bien vouloir renseigner tous les champs maqués d'une *
Merci, votre message a bien été enregistré et sera affiché dès validation par notre rédaction.